Articles avec le tag ‘Prévert’

Boris Vian et la peinture

Hommage rendu à  Boris Vian à l’occasion des 50 ans de sa mort, hommage à ce musicien  talentueux et à l’écrivain génial qu’il était. Boris Vain aimait tous les Arts dont la peinture. En 1946 il peint un tableau « solides ronds qui remontent une pente ». Il se questionnait. En effet, comment faire pour que les solides remontent la pente? Mettre un bonhomme derrière… « Il était intimidant »dit Georges Moustaki, « indéfinissable » dit Michel Piccoli. Boris Vian aimait deux tableaux particulièrement qui restaient dans sa maison. L’un deux est un portrait de lui peint par Pierre Laurent Brenot. C’est un portrait sentimental où l’on voit Boris Vian songeur avec une trompette dans la main.  Le deuxième tableau a été fait par un peintre grec qui lui a offert par amitié. Il représente deux femmes et un chat, une peinture proche celle de Dora Maar qui fut une des compagnes de Pablo Picassso. Boris Vian signait ses tableaux « Bison », pour « Bison ravi », l’anagramme de son nom. Il exposa dans la galerie Gallimard auprès de grands artistes comme Picasso, une exposition eut lieu en décembre 1946. Boris Vian avait en lui une rageuse fureur de vivre, vivre le plus vite et le plus intensément possbile pour faire un pied de nez à son coeur malade. Prévert disait:   »Il n’en faisait qu’à son coeur, qui lui en faisait voir de toutes les couleurs ».

boris_vian_artiste musicien écrivain

Livre de Nicole Bertolt et François Roulmann « Boris Vian le Swing et le verbe »  Textuel

Art dans le métro

L’Art s’invite dans le métro, le métro parisien et les métros de province comme Toulouse et Lille ainsi que les métros étrangers.  A Paris à la station Saint-Germain-des-Prés les poètes sont à l’honneur avec leurs mots, leurs vers, comme ceux de Boris Vian, Prévert, Sartre. A la station Madeleine des étudiants en Art ont réalisé des portraits sur conserves. Au métro Louvre une réplique d’une grande statue de Nil attend solennelle, les passagers du métropolitain. A Lille à la sation porte de Valenciennes une main gigantesque du sculpteur César soutient une colonne. A l’étranger aussi le métro s’habille de couleurs, d’étrangeté, de convivialité, de joie aussi, que ce soit à Moscou, ou à Stockolm avec des décors bleus, maritimes, sur les arches, ou à Bruxelles où le métro arbore des vitraux colorés, ou à Naples station Dante avec des vers de l’auteur. Une autre atmosphère dans ce lieu où on se presse. S’arrêter quelques instants pour regarder, admirer même, lire, voir le métro autrement grâce à l’Art et sa richesse.

Main de Cézar

métro de Lille revue »Arts Magazine »

Un oeuf pour Pâques

Pâques arrive. Une face dans le jour, une face dans la nuit : l’oeuf est-il rond? Presque! Comme l’écrivait Raymond Queneau dans son poème  » la leçon de choses »:  » l’oeuf est rond mais pas tout à fait ». Ronsard lui rend hommage dans le début d’un de ses sonnets :  » Je vous donne des oeufs,  l’oeuf en sa forme ronde qui peut tout en ses bras enfermer le feu, l’air, la terre et l’humeur de la mer, et sans estre comprins comprend tout en ce monde ». Prévert a écrit sur l’oeuf dans  sa poésie : »la grasse matinée », La Fontaine le cite dans sa fable  » les rats, le renard et l’oeuf ». Le symbolisme de l’oeuf n’échappe pas à Dali dans son tableau » la métamorphose de Narcisse ». Source d’inspiration culturelle, artistique, tel peut être l’oeuf, sobre et solennel en cette veille de Pâques.

oeuf pour Pâques

« l’oeuf », photo de Françoise Pateyron

Orange, fruit

Orange, ce fruit rond, coloré, bien souvent source d’inspiration pour des peintres dans des natures mortes, tels que Bonnard, Cézanne, Gauguin. Mais aussi pour des poètes comme Jacques Prévert avec son poème « sanguine » mis en musique par le chanteur et acteur de cinéma Yves Montand. Et puis ce vers magnifique du poète surréaliste Paul Eluard : »la terre est bleue comme une orange. »

orange

« orange »

Photo de Françoise Pateyron

Archives